Œuvre phare

Fernand Khnopff : « Melisande ».  Pastel et crayon de couleur sur papier, 330 x 330 mm

Ferdinand Khnopff
Grembergen (Termonde) 1858 - Saint-Josse-ten-Noode (Bruxelles) 1921

Melisande
Pastel et crayon de couleur sur papier, 330 x 330 mm
© MRBAB, Bruxelles

Fernand Khnopff Melisande

Pastel et crayon de couleur sur papier

Fernand Khnopff crée ce pastel Mélisande, et un autre presque identique sans doute en 1907, l’année durant laquelle il dessine les costumes pour une production de l’opéra « Pelléas et Mélisande » de Debussy d’après Maeterlinck pour le Théâtre de la Monnaie à Bruxelles. Khnopff, comme beaucoup d’autres de ses confrères de la scène artistique belge de la Fin-de-Siècle, se laissait inspirer par les personnages du théâtre de Maeterlinck tout comme par la musique de Wagner ou encore de Debussy. Ce pastel participe ainsi à l’interaction entre littérature, théâtre et musique si typique de l’époque.

Le thème de cette œuvre évoque le monde du silence et du repli sur soi cher à Khnopff et Maeterlinck. L’artiste fait usage du cercle fermé si fréquent dans son œuvre. Il représente l’enclos dans lequel Khnopff se retire lui-même, la rêverie, l’au-delà, l’intimité, le repli sur soi. Il rappelle le thème du miroir de façon implicite et renvoie à la prise de conscience de soi-même.

Cette version de Mélisande se trouvait originellement dans la collection de Léo Errera, membre d’une grande famille de collectionneurs bruxellois, et a été acquise pour les Musées lors d’une vente publique en 2012.